Je porte de plus en plus mes cheveux avec fierté

Un 20 Décembre, 16 heures 50 minutes, à l’extérieur mère nature annonce la fin de la journée, c’est le coucher de soleil. Ma collègue Grace se dirige vers moi pour me suggérant d’écrire un article sur mon expérience capillaire, surtout de mes cheveux naturels,  joyeusement Afro.
Après quelques secondes de réflexions, j’accepte et je me lance avec plaisir pour vous parler de mon expérience, le retour à l’Afro, et décide de vous le présenter par le biais de thème: Mon environnement (1), prise de conscience (2), ma transition(3), réaction de mes proches(4), mon type de cheveu (5) et en dernier mes produits préférés.

1- Mon environnement
Né en République du Congo, pays d’Afrique Centrale, j’ai passé une grande partie de ma vie hors de mon pays d’origine. Dans ma famille, les cheveux crépus n’étaient pas valorisés. On avait l’habitude de se défriser les cheveux à une fréquence exagérante.

A l’âge de 9 ans a eu lieu mon premier défrisage. Je m’en souviens encore comme si c’était hier.

Un matin du 22 décembre, période de fête, après avoir réfléchis sur le type de coiffure qu’il fallait agencé à la belle robe rose de princesse que j’avais, ma tante proposa à ma mère de me faire une sorte de chignon avec les mèches bouclées au bout. Et de là commença la catastrophe était annoncée.
Après être partie au Canada, j’ai longtemps répété ce schéma auquel je prenais de plus en plus plaisir.

2- Prise de conscience
Un jour devant mon ordinateur sur YouTube, où j’y passais plus de temps dans mes moments de solitude et où je cherchais une solution pour mes chutes de cheveux, j’étais tombée sur une vidéo de la chaine « Belle au Naturelle » sur son retour au naturel. Non, pour être honnête, j’avais « liker » sa chaine pas à cause de ses cheveux, mais plutôt son accent canadien que je trouvais drôle et j’y prenais de plus en plus goût.

Un jour en suivant sa vidéo sur les cheveux afro, ça m’avait beaucoup accroché et culpabilisé d’avoir longtemps maltraité mes beaux cheveux et surtout mon cuir chevelu qui est resté sensible jusqu’à ce jour.

3- Ma transition
Après une tentative ratée en 2012, je suis définitivement retourné au cheveu naturel en Août 2014 en réduisant mes cheveux au 4/5 de sa longueur. Sous un beau soleil d’été, assise dans mon salon, je me faisais couper les cheveux par ma cousine. Le plus drôle était de me voir en larme à chaque coup de ciseau dans mes cheveux que j’appelais affectueusement « cheveux lisses ».

Je dois avouer qu’une autre chose m’a aidé à franchir le pas est le fait de l’avoir décidé avec une collègue de travail avec laquelle on partageait de plus en plus les sujets attrayant aux cheveux crépus.

4- Réaction de ma famille
Au début avec ma famille, c’était la moquerie. A l’époque, on me surnommait « la branhamiste », car pour ma famille et mes proches, avoir les cheveux lisses où on pouvait passer du gel pour faire un chignon était meilleur et facile d’entretien. Heureusement, avec le temps, famille et proches ont réussi à respecter mon choix au point de m’aider à trouver les produits adaptés à mes cheveux.

5- Mon type de cheveu
J’ai les cheveux crépus et très fins, qui s’abiment facilement et sont très exposés à la casse. Lorsque je me passe le shampoing, ils deviennent bouclés et mette beaucoup de temps pour sécher. Je dois aussi signaler que mes cheveux ont une touffe remarquable.
A cet effet, mes produits préférés sont : l’huile de ricin pour la pousse, l’huile de carapate pour la densité et le docteur miracle pour la « devanture ». Par ailleurs, j’utilise souvent un masque fait-maison à base d’œuf et un mélange huile-ail pour mon cuir chevelu.

6- Coiffure protectrices
Dans le cadre des coiffures protectrices, j’adopte en ce moment le tissage et les crochets braids. J’aime bien mettre les perruques, car les perruques permettent une certaine versatilité, d’un coté cela me permet de faire mes soins le soir avant de dormir , de l’autre côté, ça me protège les cheveux en journée tout en ayant la possibilité de changer de coiffure.

Bien qu’il soit rare que je fasse des coiffures avec mes beaux cheveux naturels, je le porte de plus en plus avec fierté.

Clairchy O. 

AfroGrace

Jeune femme d'une vingtaine d'années, Grace est originaire d'un pays situé en Afrique Centrale. Le cheveu est devenu une réelle passion et une prise de conscience identitaire depuis son retour au naturel. Apprendre à connaitre son cheveu vous enivre car il est magnifique et beau. Et le partager avec des personnes aussi merveilleuse que vous est un bonheur.

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>